MBF Aluminium énième et nouveau scandale industriel français

Le tribunal de commerce de Dijon a rendu son délibéré ce mardi 22 juin. Il a prononcé la liquidation judiciaire de la fonderie MBF Aluminium qui emploie 280 salariés à Saint-Claude (Jura). « C’est une véritable catastrophe industrielle et sociale pour tout un territoire » a dénoncé à raison la Présidente de Région quand le Maire n’a pu que cracher sa rancœur « C’est un assassinat public, ce sont des salauds”. L’unique offre de reprise de l’homme d’affaires Mikaël Azoulay qui prévoyait de conserver 229 CDI sur 272 a été retoquée alors que de nouveaux éléments venant des banques n’ont pas même été étudiés.

La fonderie du Haut-Jura produisait des carters de moteurs et des pièces de boîtes de vitesses. Selon l’intersyndicale, les deux clients quasi-exclusifs de MBF, Renault et PSA-Stellantis, n’honoreraient pas leurs commandes à hauteur des engagements prévus.

L’État n’aurait pas dû laisser faire. Sans parler de nationalisation, on peut éviter d’en arriver là ; si celui-ci, son Commissaire au Plan et en particulier le Président de la République avaient une vision véritable pour les France et des ambitions pour l’industrie qu’ils doivent faire appliquer par le Ministre de l’Industrie.

Mais tel n’est pas le cas. On ne peut s’occuper de l’industrie de son pays et recevoir dans le même temps dans le palais de l’Élysée Justin Bieber.

Il serait temps que le président de la République et son Premier Ministre s’occupent de la France ; à défaut la sanction pourrait être sévère d’ici peu.

L’Appel au Peuple ne peut hélas, qu’apporter tout son soutien aux salariés de la fonderie.

Avant MBF Aluminium, Alstom a déjà été vendu par le Président Macron au découpage après qu’Arcelor Mittal ait mis la main sur la sidérurgie dans la région si ce n’est la France, malgré le combat de Jean-Pierre Chevènement à l’époque.

Une fois de plus, la France, sa sidérurgie, ses fonderies sont coulées dans des intérêts qui ne sont pas les siens.

Grégory BAUDOUIN
Secrétaire général adjoint – délégué aux fédérations

Source de l’image

Secrétaire général adjoint - délégué aux fédérations pour

Rentré en 1989 au sein des Troupes Aéroportés, je reste membre de la Réserve Opérationnel jusqu’à mes 50 ans. Après un passage dans les Forces de l’Ordre, je deviens artisan puis commerçant. Très investi dans le milieu associatif, je suis membre de l’ASAF, de l’UNP, amicale du 1erRTP/BOMAP. Instructeur BE en Self Défense et Close Combat, je pratique le tir sportif. Je travaille aussi pour la Mémoire en ayant fondé une association Nationale pour la Mémoire de Jean Moulin, de la Résistance et de la Déportation. Politiquement, outre mon investissement auprès de l'Appel au Peuple, je demeure proche de Jean-Pierre Chevènement depuis 1992.