Une Police républicaine au service de la République et de ses citoyens

‌«Je croyais que le but de la police était de protéger la population, ce n’était pas nécessairement de posséder des armes pour la tuer.»

Tels sont les propos tenus par un élu de la France Insoumise, Dominique Lanoë, lors d’un conseil municipal de la ville de Cachan le 30 septembre dernier.

Chaque jour il nous est permis de découvrir, s’il en était encore besoin, la haine de la gauche indigéniste et racialiste envers les institutions de la République et de la République elle-même ; et ce qui est fou c’est que Madame le Maire, Hélène de Comarmond, élue de la gauche de gouvernement, le Parti Socialiste, qui s’est alliée à la France soumise afin d’être élue, n’a pas relevé le propos, ne s’en est pas désolidarisée et encore moins demandé des excuses à cet “élu”.

Pis, une vidéo ayant été faite du Conseil Municipal et diffusée, Madame le Maire «n’exclut pas d’intenter une action en justice à l’encontre de l’auteur du montage vidéo (et) de toute personne qui la reprendrait». Ceci étant dit, dans ce même conseil municipal, une autre conseillère municipale déléguée avait déclaré sans plus de réaction de Madame le Maire «que la police était raciste, et … la France était raciste».

Il se trouve que dans l’opposition de ce conseil municipal se trouve un Policier Municipal, lequel de par ses fonctions et le choix du Maire de la commune où il travaille, est armé.

La présidente du groupe La France insoumise à l’Assemblée nationale, Mathilde Panot de son côté a déclaré : «Je pense qu’il faut arrêter avec les polémiques qui sont lancées par l’extrême droite et certains des syndicats policiers». Parce que bien sûr dans la tête de ces gens-là, qui dit policier dit facho, qui dit uniforme dit extrême-droite.

​Cette polémique vient dans ce conseil municipal encore une fois du fait que le Conseil régional d’Ile-de-France a voté une subvention pour armer les Policiers Municipaux des villes de la région, alors que le Maire est le seul qui a la prérogative d’armer ou non sa Police Municipale.

La Loi N° 996-291 du 15 avril 1999 prévoit l’armement des policiers municipaux, lesquels peuvent disposer d’arme de catégorie B, C & D c’est à dire létal ou non létal. Ils doivent en la matière suivre une formation initiale, et tous les ans suivre deux formations continues. Ils ne sont armés qu’après autorisation du Procureur de la République et agrément du Préfet. L’usage de armes est défini par l’art 122-5 du Code Pénal et l’art 511-23 du Code de Sécurité Intérieure, c’est à dire que l’usage ne peut se faire que dans le cadre de la légitime défense.

Rappelons que Clarissa Jean-Philippe, Agent de Police Municipale à Montrouge [Ile-de-France] a été abattue par le terroriste islamiste Amédy Coulibaly, aussi parce qu’elle n’a pu riposter parce qu’elle n’était pas armée. Rappelons que ce sont des Agents de Police Municipale qui ont neutralisé le 29 Octobre 2020 un terroriste islamiste qui avait déjà tué trois personnes dans une église.

L’Appel au Peuple, parti de l’autorité et de l’ordre républicain, se prononce pour l’armement de toutes les Polices Municipales tel que la Loi en donne la possibilité au Maire. Certes, tout à chacun aura l’exemple DU Policier Municipal qui est tout seul et où il ne se passe jamais rien. Mais l’insécurité et le terrorisme frappent tous et partout de nos jours que ce soit dans un village ou une mégalopole. A l’instar de Dominique Lanoë, élue de la France soumise, les délinquants, les terroristes ne font plus aucune distinction d’uniforme entre Police Nationale ou Municipale, Gendarmerie Nationale, Surveillance Ferroviaire, Pompiers, Protection Civile… : ils ont un uniforme, donc par principe ce sont des fachistes ; par principe ils représentent les institutions; par principe on ne les aime pas. Et comme ils font fi de la valeur de la vie humaine, ils peuvent les frapper, à mains nues ou avec armes, avec armes par destination, seul ou en bandes organisées.

Rappelons cette période qu’ils appellent dictature, quand l’État leur permettait de défiler tous les samedis et où des personnes défilaient affublées d’un gilet de sécurité, où ils ont laissé ressortir toute leur haine envers la République, ses symboles (l’Arc de Triomphe de la Nation), ses institutions (les Compagnies Républicaines de Sécurité et les Gendarmes Mobiles) et où sur l’ensemble des tirs de LBD, il y a eut 0,006% de blessés graves parmi les manifestants. Rappelons qu’ alors que leur vie était mise en danger, aucun fonctionnaire n’a ouvert le feu alors que toutes les conditions de la légitime défense auraient été réunies. Les Forces de l’Ordre en France sont Républicaines et sont professionnelles.

Alors si le leader (maximo) de la France Insoumise l’était réellement, lui qui veut être Président de la République, il dénoncerait les propos de cet élu. Si Madame le Maire était responsable elle se désolidariserait de cet élu. Si M. Lanoë avait une once de jujotte, il donnerait sa démission. Gageons que nous n’aurons rien de tout cela et c’est bien une preuve de plus que le salut ne viendra plus, dans les échéances à venir, de ces gauches gestionnaires et protestataires. Le salut est ailleurs.

© Image par Pixabay

Secrétaire général adjoint - délégué aux fédérations pour

Rentré en 1989 au sein des Troupes Aéroportés, je reste membre de la Réserve Opérationnel jusqu’à mes 50 ans. Après un passage dans les Forces de l’Ordre, je deviens artisan puis commerçant. Très investi dans le milieu associatif, je suis membre de l’ASAF, de l’UNP, amicale du 1erRTP/BOMAP. Instructeur BE en Self Défense et Close Combat, je pratique le tir sportif. Je travaille aussi pour la Mémoire en ayant fondé une association Nationale pour la Mémoire de Jean Moulin, de la Résistance et de la Déportation. Politiquement, outre mon investissement auprès de l'Appel au Peuple, je demeure proche de Jean-Pierre Chevènement depuis 1992.