L’ARN de la discorde

Chaque époque a connu son clivage.

Nous déplorâmes les guerres de religion entre catholiques et protestants.

Nous assistâmes à la lutte des classes théorisée par Marx.

Nous vécûmes l’opposition Dreyfusard contre anti-dreyfusard.

Au lendemain du Second conflit mondial où nous connûmes l’horreur de la guerre totale, des génocides (juif, tsigane, homosexuel…), nous pensions enfin vivre une relation plus apaisée avec la naissance de la Communauté Économique Européenne, de la Sécurité Sociale, de la Retraite professionnelle pour tous, de la stabilité politique de la Vème république.

Mais l’Homme reste humain et cette humanité recherche inéluctablement l’opposition partout , à la recherche d’un centre de gravité pour tendre vers l’équilibre.

La Retraite marqua un clivage générationnel entre actifs et retraités.

La Sécurité Sociale engendra progressivement une opposition travailleurs / sans emplois.

Nul ne conteste pourtant ces avancées sociales. Mais c’est ainsi: l’Homme veut s’opposer !

Puis surgit une pandémie inimaginable au XXIème siècle. Un confinement mondial en découle. L’Homme philosophe, imagine changer la société. Mais finalement, rien ne change… ou au contraire, les mentalités changent ! Certains ont appris qu’ils étaient qualifiés professionnellement de non-essentiels ! L’individualisme se constate par la pénurie de papier-toilette ! Les incivilités explosent comme un écho au monde d’avant. Le boomerang de cette communication antagoniste du locataire de l’Élysée lui revenait.

C’est, hélas, cette communication mal maîtrisée qui provoque aujourd’hui un nouveau clivage : vaccinés / non-vaccinés.

Je ne ferai pas l’historique de la vaccination où Napoléon Ier s’illustra (variole) mais aussi le bonapartiste mondialement connu Louis Pasteur. Le vaccin a permis et permet de sauver des vies. Les Français attendaient une volonté d’état forte. Ils subiront des décisions sans suite logique. Vaccination imposée à certaines catégories professionnelles mais pas à d’autres, mise en place d’un “pass sanitaire” dans les trains mais pas dans les métros… La liste est encore longue. C’est donc dans cette logique de l’absurde que des Français renoncent au vaccin. L’explication médicale ne les intéresse pas. Seule la philosophie contre le pouvoir jupitérien revêt un sens à leurs yeux. À tort, ils le qualifient de dictature. Cet excès en devient insignifiant.

Inutile de leur dire que 80% des infirmiers, médecins et pharmaciens sont déjà vaccinés, ils n’écouteront que les 75% d’agents de service hospitalier ou d’aide-soignants non-vaccinés propulsés subitement comme soignants dans les médias ! Leur travail auprès des patients est exemplaire mais ils ont peu répondu à l’appel instillant le doute sur ce pseudo-complot de big pharma !

Inutile de leur expliquer comment en une année ce vaccin a-t-il pu être créé alors que depuis 40 ans les chercheurs échouent devant le VIH.

Inutile de leur concéder que ce virus s’est peut-être échappé d’un laboratoire P4 par négligence car ce n’est pas la question.

Mais il faut leur dire que ce vaccin remplit pleinement son rôle en nous protégeant tous individuellement ! J’entends trop souvent cette idée avancée à tort que ce vaccin ne sert qu’à protéger l’autre.
Rien n’est plus faux ! Même si ces personnes ne présenteront à 70% aucun signes, à 20% une bonne grippe, ils seront près de 10% à conserver des séquelles cardio-pulmonaires dont nous ignorons toujours les conséquences et l’évolution à moyen et long terme. Je croise quotidiennement des jeunes de 30 ans, sans facteur de risque mais qui ne peuvent plus monter un étage sans reprendre leur souffle à plusieurs reprises consécutivement à une ancienne contamination au SARS-COV-2 .

Imaginez les conséquences professionnelles, sociales, financières que cela implique !

Oui se faire vacciner est altruiste pour protéger ceux qui ne le peuvent pas (immuno-déprimés, coronariens sévères…) mais se faire vacciner reste avant tout pour se protéger soi !

Plutôt que d’errer dans une communication vacillante et contradictoire, voilà le message qu’aurait dû transmettre le président de la République ! « Nous avons un vaccin, il vous protège, vous protégez vos proches et il est obligatoire pour la santé publique et le bien collectif ! » Fin du débat, les tensions se seraient apaisées.


LELIEVRE Stéphane

Infirmier-anesthésiste
Délégué régional en Ile-de-France pour l’Appel au Peuple

© Image par Mufid Majnun de Pixabay

Délégué régional d'Ile-de-France pour

Jeune père de famille de 40 ans, je partage au sein de la délégation francilienne de l’Appel au Peuple ma passion pour l’Histoire, la préservation du patrimoine et la réflexion historique et politique. L’histoire n’est autre que la politique d’hier! Jamais, depuis la fin du second conflit mondial, nous n’avions eu à nous battre pour que des statues, des noms de rue, des leçons scolaires, ne soient déplacés, effacés, oubliés ! L’Appel au Peuple doit mener de dures missions pour répondre aux besoins de la France et des français. Je veux être de ces combats au côté de mes compagnons, pas pour dire que j’y étais mais parce que nous devons y être!