Du sacré aux sacrés jojos

Le 8 juin dernier un individu gifla Emmanuel Macron qui se lançait dans un bain de foule improvisé.

Le geste inadmissible fit bien sûr le tour du monde médiatique ramenant notre président de la République au rang d’un ministre en tournée électorale, un peu comme notre Garde des Sceaux qui ne garde plus rien sinon les sots…

L’Appel au Peuple dans un communiqué de presse immédiat tint à réagir parmi les premiers en condamnant très fermement cet acte inqualifiable sur la personne du Chef de l’Etat qui, en même temps, ne perçut dans l’incident qu’un geste isolé…

Le coupable, en comparution immédiate, prit 4 mois de prison ferme. Avec notre Ministre de la Justice qui s’affirme lui-même « Ministre des détenus » gageons qu’il ne fera pas plus de deux mois.

Quel idiot ce gifleur, il aurait dû expliquer qu’il était victime d’une bouffée délirante après avoir fumé du cannabis et MM. Macron et Moretti aurait sans doute trouvé des circonstances atténuantes. Mais aussi une raison de moins de se diriger vers la libéralisation des substances psychoactives encore interdites…

Le communiqué de l’Appel au Peuple était bien plus clair que les estimations gouvernementales répondant au mot d’ordre « relativisons l’incident ». Mot d’ordre évidemment non suivi par la presse étrangère.

Car, il y a dans la fonction présidentielle, ne l’oublions pas, une véritable sacralisation monarchique.

Sachant que contrairement à la monarchie d’ancien régime, à la fin c’est toujours la République qui gagne puisque c’est le Peuple qui décide de son monarque en CDD.

Quoi qu’il en soit la Constitution de la Vème République convient aux Bonapartistes car elle garantit un pouvoir réel à l’exécutif. Cet exécutif devenu sacré puisque choisi directement par le Peuple Français.

M. Emmanuel Macron est assis à l’Elysée sur le fauteuil de Napoléon III et du Général de Gaulle. Contrairement à son prédécesseur en scooter, Il ne doit jamais l’oublier.

Car cette gifle internationalement médiatisée est une atteinte très grave à ce que le Peuple Français possède encore d’intouchable. D’abord la loi constitutionnelle qui garantit son pouvoir, ensuite des institutions qu’il peut seul faire évoluer, enfin des représentants élus qu’il reste le seul à pouvoir sanctionner.

Certains jugèrent suffisamment sévère la condamnation à quatre mois de prison. On peut aussi en douter et la trouver bien légère pour qui veut absolument maintenir le caractère sacré de la fonction présidentielle.

Sous l’ancien régime, une atteinte à la personne du roi, chef de l’État, faisait l’objet de condamnations aux supplices les plus épouvantables.

Sous la IIIème République, le camelot du roi qui frappa de sa canne le Président Loubet au moment de l’affaire Dreyfus écopa, lui, de plusieurs années de prison…

Aujourd’hui on prend 4 mois de prison, c’est-à-dire effectivement deux réels au plus. M. Dupond Moretti entre deux distributions de tracts au marché de Cambrai, capitale des bêtises, viendra nous l’expliquer avec la condescendance qu’on n’accorde qu’aux Beaufs que nous sommes.

Le sacrilège devrait donc se répéter, c’est inéluctable tant qu’il y aura des idiots sur cette terre.

La responsabilité ne peut en aucun cas être imputée au Peuple, mais à sa classe politique qui a perdu le sens populaire. Les Français veulent un vrai Chef de l’État qui représente leur génie, leur grandeur et qui saura les entraîner avec ce qu’ils ont de meilleurs… Un homme qui se place au-dessus des tendances pour les représenter, tous sans exception. Ils veulent un homme peu ordinaire, un citoyen peu commun.

Ils ne souhaitent surtout  pas un éternel candidat qui croit les séduire en s’affichant avec des groupes LGBT, des animateurs youtubeurs et qui semblent passer un temps infini à Twitter et à serrer les mains. Malheureusement par les images qui en résultent la position du président de la République s’en trouve désacralisée. C’est bien une grossière erreur d’interprétation de notre Constitution quand le Chef de l’Etat devient un président « normal ».

Merci on a déjà donné !

Quand un citoyen aspire aux plus hautes responsabilités politiques, il lui faut prendre de la hauteur. C’est d’ailleurs un témoignage d’immense respect du Peuple Français qui pour nous, Bonapartistes, est sacré lui aussi.

Dans cette conjoncture, les récents propos de M.Mélenchon révèlent aussi que le mépris des Français n’a pas de limite sectorielle chez des hommes politiques si éloignés du Peuple.

Ce n’est pas la première fois que M. Mélenchon se ridiculise devant les Français qu’il ne connaît pas bien.

Souvenons-nous de son attitude en 2018 au moment de la crise des gilets jaunes alors que le plan Vigipirate prévoyait depuis 30 ans la protection des infrastructures publiques (j’en fus un Officier rédacteur). Mélenchon appela l’Armée à « ne pas tirer sur le Peuple » (sic)…

Quelle rigolade dans les milieux populaires.

Deux jours après il tint, sans vergogne aucune, et très solennellement, à féliciter nos militaires d’avoir refusé d’user de la violence sur le Peuple.

Aujourd’hui M. Mélenchon nous explique que nous sommes régulièrement manipulés par des évènements déclenchés quelques jours avant une élection, allant jusqu’à faire du criminel Mohamed Merah le suppôt d’un complot parfaitement organisé par des organisations secrètes proches du pouvoir en place…

En nous prenant pour des imbéciles avec ses hypothèses grotesques M. Mélenchon se retrouve finalement au même niveau que ces présidents normaux qu’ont ne respecte plus et qui font rire la planète.

Je constate qu’ils n’ont jamais travaillé en usine, sur un chantier ou dans nos champs… Ont-ils fait leur service militaire, obligatoire à leur époque ?

Ben non. Ils n’ont en fait jamais vraiment côtoyé le Peuple.

Alors ne nous étonnons pas que ces prétendants aux plus hautes responsabilités de l’État et dont la démagogie ne suscite que le mépris des Français se trouvent si éloignés de nous.

Le ridicule de leurs attitudes certes ne tue pas, mais désacralise ce qu’on attend d’un homme politique.

Ils n’ont pas compris non plus que le Peuple est sacré.

Mais il est aussi vindicatif, je l’ai déjà écrit.

 

François HARARI

Image par Annabel_P de Pixabay

Secrétaire Général pour

Natif de Mulhouse et habitant aujourd’hui les Pyrénées centrales, j’ai la France dans la peau.
Après Saint Cyr, j’ai servi comme Officier dans les Bataillons de Chasseurs Mécanisés passant la moitié de ma carrière dans les Forces Françaises en Allemagne.
J’ai quitté l’Armée comme jeune Commandant pour entrer dans l’Industrie nucléaire où j’ai servi 26 ans.
J’ai exercé les fonctions de PDG d’Areva-LMC (logistique de la matière nucléaire) puis de DG de Westinghouse en Europe et en Afrique du Sud.
Je parle plusieurs langues étrangères et j’ai rédigé des romans ainsi que des manifestes politiques.
Bonapartiste de toujours l’effondrement de mon pays, le reniement de son Histoire, et le mépris de son Peuple me sont insupportables. Surtout lorsque cette situation résulte de l’activité de piètres personnages au plus haut niveau de responsabilité politique ou économique.
J’ai rejoint France Bonapartiste et l’Appel au Peuple pour participer activement au redressement de la Nation en trouvant l’inspiration dans l’œuvre de nos deux Empereurs.