Rwanda, la France n’a pas à s’excuser !

Quelques 800 000 Tutsis et Hutus modérés ont été tués par des milices hutues en 100 jours d’effusion de sang qui ont commencé en avril 1994. La France a été le seul pays à essayer de stopper le massacre.

Le Président Macron continue sur la voie de l’autoflagellation et tourne l’arme économique de la repentance contre notre pays.
Arme économique? Effectivement, plus la France s’excuse, plus cela justifie un sentiment anti français fondé ou non dans nos anciennes colonies et laissent place à d’autres acteurs moins démocratiques.

La Russie et la Chine se frottent les mains et attiseraient même ces sentiments anticoloniaux contre la France en Afrique. Elles cherchent à étendre leurs zones d’influence. En centre Afrique, 600 militaires, “instructeurs russes” viennent d’être envoyés.

La Chine a de plus en plus d’intérêts en Côte d’Ivoire. Elle a financé pour 30 millions de dollars la construction d’un musée des civilisations noires qui abritera l’art africain pillé par les puissances coloniales européennes et qui est lentement restitué. Elle a également ouvert sa première base militaire à Djibouti et a investi massivement dans l’infrastructure du pays, notamment la modernisation des ports et la construction d’une voie ferrée s’étendant en Éthiopie.

Il faut certes relancer la coopération franco-africaine en s’appuyant sur la francophonie, sur notre expertise et connaissance de l’Afrique, sur nos industriels.

Mais il faut aussi et surtout cesser de s’excuser. Il faut assumer notre histoire sur le continent africain et savoir parler des sacrifices et apports réciproques. Ce n’est pas par la faiblesse qu’on (re)conquiert le respect.

Adeline GUIBERT
Porte parole & déléguée aux relations internationales

© Image par Portraitor de Pixabay