Noisseville, le Souvenir ; on n’y touche pas !

Hier, 1er septembre, l’Appel au Peuple s’est rendu au monument du Souvenir Français de cette commune dont une statue a été dérobée.

En effet, cette ville au nom évocateur de la terrible bataille du même nom, accueille un monument rayonnant construit en 1908. Symbole d’un souvenir patriote à la gloire des soldats français tombés en 1870, l’édifice accueillait une statue de bronze représentant la « Lorraine pleureuse ». Celle-ci fut dérobée en début de semaine ; acte que condamne fermement l’Appel au Peuple.

« Lorraine pleureuse », nom évocateur il y a 151 ans. Mais parlons en 2021 d’une « France pleureuse » ! Pleureuse d’actes comme celui-ci, des abominations et crimes contre le souvenir qui sont commis. Passant inaperçu, ces pillages sont d’une gravité extrême. C’est notre histoire qui a été dérobée à Noisseville. C’est ce qui fait la France ; son patriotisme.

Loin de connaître l’identité des brigands et ne voulant pas tomber dans des conclusions hâtives, reconnaissons que ce vol demeure le fruit d’une vérité catastrophique, celle de l’oubli. Volontaire ou involontaire, notre histoire est mise en péril, nous pouvons même nous demander en quoi avons-nous peur en affirmant notre passé, nos morts, la gloire dont a fait preuve ces fantassins ?

La construction de ce monument eut lieu en 1908, pendant l’annexion de ce département. Les Allemands avaient accepté ce souvenir envers la Nation ennemi. On en viendrait à en penser que nos ennemis d’hier avaient plus de respect pour les valeureux soldats ennemis que des individus incultes vivant sur notre sol.

La mémoire fut entachée. Le tombeau de nos héros profanés. C’est une partie de nous qui fut lâchement volée. Un coup odieux.

L’Appel au Peuple saura s’affirmer comme un des défenseurs du souvenir. Face à toutes les formes de « déconstruction de notre Histoire », nous serons là comme gardien. Le souvenir doit retrouver sa place, celle de pilier de la France. Le respect des commémorations devrait redevenir un enseignement capital et obligatoire. Soyons orgueilleux de notre passé ! Soyons les défenseurs de la France !

Pierre DAPRILE
Rédacteur en Chef des revues "Brumaire" et "Le Bonapartiste" pour