Le général Gudin doit retrouver sa patrie avec les honneurs

Charles Etienne Gudin, après avoir connu les campagnes de la Révolution et de l’Empire, connait aujourd’hui son dernier combat, le plus difficile, celui de pouvoir reposer dignement et sereinement sur cette terre de France pour laquelle il a donné sa vie.

Le napoléonien que je suis se moque, comme de son premier soldat de plomb, des relations tièdes voir même froides qu’entretiennent Emmanuel Macron et Vladimir Poutine. Le bonapartiste que je suis, amoureux d’une certaine idée de la France, n’a d’affinité ni pour l’un ni pour l’autre. Le général Gudin n’a pas à pâtir, 209 après sa mort, de la géopolitique actuelle. Pas besoin de génuflexions mais un merci franc au président Russe pour avoir permis à Pierre Malinowski et d’autres d’avoir pu effectuer des fouilles archéologiques à Smolensk et de retrouver ainsi la dépouille perdue du général.

Maintenant, le général d’Empire doit-il rentrer comme un clandestin dans son pays natal ? Qu’a-t-il fait pour ne pas avoir droit aux honneurs militaires auxquels il peut prétendre ? Aucune infamie, aucune trahison, ne viennent entacher son uniforme et sa mémoire. Grand Aigle de la Légion d’honneur depuis 1809, ce qui correspond à l’actuelle Grand’ Croix aujourd’hui, la France est dans l’obligation de lui rendre les hommages dus aux dignitaires de la Légion d’Honneur. Le général d’armée Benoît PUGA, Grand Chancelier de la Légion d’Honneur, ne peut ne pas approuver. L’officier qui a servi à Kolwezi, au Liban, au Tchad, en Bosnie ne peut que faire rendre les honneurs à cet officier dont le nom est attaché aux victoires de l’Armée du Rhin, d’Auerstaedt, Eylau, Abensberg, Wagram, Smolensk et Valoutina-Gora.

L’Armée française n’a pas pour habitude d’oublier les siens et on peut penser que le général Gudin aura les honneurs militaires. Pour les honneurs civils heureusement qu’on peut compter sur des hommes fidèles à l’Histoire de notre pays, comme Charles Aslangul, maire de Bry-sur-Marne, plutôt que sur des personnages comme le maire de Montargis … En effet, le « roi de la praline », c’est comme cela que se qualifie le premier magistrat de Montargis, ne souhaite pas accueillir le général afin qu’il repose dans sa ville natale. Comme quoi même une certaine Droite a des soucis avec l’Histoire et encore plus l’Histoire glorieuse de l’Empire. Charles Aslangul lui n’a pas tergiversé lorsqu’il a appris la triste nouvelle et s’est proposé pour que sa commune reçoive, temporairement, la dépouille de Gudin. Tous les napoléoniens ne peuvent qu’applaudir.

Accueil temporaire car le général Gudin se doit de rejoindre son épouse qui a fait élever un caveau au cimetière du Père Lachaise dans lequel elle repose aux côtés du cœur du général qui avait été rapporté de Russie. Ce caveau, que la « famille » semble avoir laissé un peu en désuétude, peut être nettoyé rapidement et le conservateur du cimetière m’a fait savoir que rien ne s’opposer à ce que le général y soit inhumé pour la simple raison qu’il en est le propriétaire. Le général Gudin retrouverait aussi en ce lieu de nombreuses gloires de l’Empire, à commencer par le maréchal Davout sous les ordres duquel il écrit certaines des plus belles pages de l’épopée napoléonienne.

Imaginons, pour le romantisme, Charles Etienne Gudin retrouvant son épouse Marie Jeannette Caroline Christine Creutzer en 2022 pour les 210 ans de sa mort…

 

David SAFORCADA
Président de l’Appel au Peuple

 

© Image

Président pour

Enfant du Comminges, dans les Pyrénées Centrales, j’ai cet amour pour les territoires qui au fil des siècles sont venus former notre belle France. Cette France que j’ai servi durant quelques années au sein des unités de l’Infanterie de Marine et par ce biais sur différents théâtres d’opérations et qui m’a donné ainsi une deuxième famille. Amoureux de notre Histoire mais surtout admirateur de l’œuvre de nos deux empereurs, loin de tous anachronismes, je défends leur mémoire mais aussi les valeurs qu’ils nous ont légué pour une certaine idée de la France grande, juste, respectée et généreuse. Cette Histoire, ces valeurs et cette mémoire qui doivent nous rendre fier d’être Français.